textile-fabrique-en-france-contre-produit-import-pollution-innocuite-nonylphenol-france-terre-textile

Innocuité des textiles : Articles textiles teints en France v/s articles importés

Non classé
Jules Petras
Jules Petras

Enfin !! En raison des “risques inacceptables” que présentent les NPE (ethoxylate de nonylphénol), appelés + communément les nonylphénols, la commission européenne vient d’en interdire toute présence dans les marchandises importées.

Utilisés pour la teinture et le rinçage des tissus, les nonylphenols sont en principe biodégradables (après plusieurs semaines). Mais leur persistance les rend bioaccumulables et toxiques : pour la faune marine et pour le corps humain (problèmes de croissance, d’hormone et de fertilité).

Enfin” disons-nous, car les fabricants français ont l’obligation de ne plus utiliser cette substance dans la fabrication des articles textiles depuis les années 2008-2009. Les ennoblisseurs français ont pourtant tiré à plusieurs reprises la sonnette d’alarme, et notamment auprès de l’ex-Ministre Arnaud MONTEBOURG, pour démontrer cette inégalité entre articles ennoblis en France et articles importés “tout faits”.

Deux poids, deux mesures qui n’est pas sans rappeler la mise en garde de Greenpeace en 2011 qui avait indiqué avoir trouvé des traces de cette substance dans 2/3 des produits d’import testés sur le sol de l’Union Européenne. Ce n’est que sur l’initiative de la Suède en 2013 qu’il a été proposé d’interdire la présence de ces substances sur les articles textiles importés. Bien que cette disposition fasse l’objet d’un accord des pays membres, le texte qui devrait être adopté dans les prochaines semaines n’entrera en vigueur que dans … 5 ans !

En attendant, pour des textiles sains et respectueux de l’environnement, préférez les produits labellisés France terre textile et/ou Confiance Textile – OekoTex

Pour en savoir + sur l’ennoblissement (l’étape de production qui utilise ces produits chimiques), jetez un œil à la brochure “l’ennoblissement, une combinaison gagnante“.

D’après un article publié sur Fashionmag par Matthieu GUINEBAULT

Partager cette page

Email
Facebook
Twitter
LinkedIn